Sign in / Join

Quelle construction pour une maison passive ?

La construction passive, ça vous dit quelque chose ? La construction passive concerne les maisons passives. Il s’agit des habitations qui offrent un confort intérieur optimal à température constante et une bonne qualité d’air. Ces bâtiments se basent sur un principe de faible consommation énergétique, ce qui les rend écologiques et économiques.

Qu’est-ce que le principe d’une maison passive ? 

Encore appelé maison basse consommation, la maison passive est un logement labellisé par l’institut allemand Passivhaus pour ses importantes performances énergétiques. C’est un habitat à énergie positive de conception bioclimatique. Le concept est apparu dans les années 90. Une maison est dite passive lorsqu’elle respecte les critères ci-après :

A découvrir également : Calcul sacs ciment pour 1m³ béton : quantité nécessaire et astuces

De manière concrète, une maison passive consomme moins de 90 % d’énergie qu’une maison normale. La construction d’une telle maison est rentable dans le temps, mais son coût est 10 à 20 % plus élevé que celui d’une maison classique.

Quels sont les principaux critères de construction d’une maison passive ? 

La réussite d’une maison passive repose sur le respect de 5 grands principes.

  • Parois opaques bien isolées : les murs, le toit et la dalle de sol sont les parois opaques qui doivent être bien isolées dans une maison passive pour minimiser les déperditions thermiques.
  • Menuiseries performantes : les menuiseries d’une maison passive sont en verre. Elles doivent être bien orientées et convenablement posées parce qu’elles constituent à la fois des sources d’apports et de pertes en énergie.
  • Parfaite étanchéité à l’air: la bonne étanchéité des jonctions d’une maison passive permettent à cette dernière de garder son caractère de maison basse consommation.
  • Gestion optimisée des ponts thermiques: en construction, il y a beaucoup de pertes au niveau des ponts thermiques. Le concept de maison passive prend parfaitement en compte cet aspect.
  • Ventilation double-flux performante : une bonne ventilation permet d’alimenter une maison passive avec le peu de chaleur dont celle-ci a besoin.

Le respect de ces principes est la condition sine qua non pour avoir une maison passive optimisée respectueuse de toutes les exigences.

Quels sont les matériaux utilisés dans la construction d’une maison passive ?

Une maison passive est parfaitement isolée durant toutes les saisons grâce aux matériaux qui interviennent dans sa construction. Les murs peuvent être en bois, en béton, en briques, en parpaings ou en métal. L’isolation est assurée soit par du bois, du liège, du lin, du chanvre ou de la chènevotte de chanvre. Les fenêtres et portes sont souvent du triple vitrage. Mais en prenant en compte la durée de vie du triple vitrage qui est de 15 ans, il est préférable de miser sur du double vitrage.

Comment assurer une bonne étanchéité à l'air dans une maison passive ?

Pour qu'une maison passive fonctionne correctement, l'étanchéité à l'air est un point crucial. L'objectif étant de ne pas perdre la chaleur en hiver et de ne pas en accumuler trop durant les périodes chaudes d'été.

Il existe plusieurs techniques qui permettent d'assurer une bonne étanchéité à l'air dans une maison passive. Pensez à bien travailler avec des professionnels qualifiés afin que chaque détail soit minutieusement pris en compte. Les moindres fissures ou espaces doivent être bouchés avec soin.

Le choix des matériaux est aussi essentiel : pensez à bien privilégier des matériaux performants pour éviter toute infiltration indésirable d'air extérieur, tout en garantissant un renouvellement contrôlé et régulier du flux d'air intérieur.

Des tests spécifiques sont ensuite réalisés par des professionnels pour vérifier le niveau d'étanchéité obtenu. Ces tests peuvent se faire grâce à une porte soufflante qui mesure la différence entre la pression intérieure et extérieure de la maison.

Il est recommandé aux usagers de maintenir leur logement fermé autant que possible afin de limiter les perturbations liées aux courants d'air non maîtrisables comme ceux générés par les portails électriques ou même simplement lorsqu'on sort ou rentre chez soi.

Grâce à ces différentes mesures, assurer une bonne étanchéité à l'air dans une maison passive devient plus facilement accessible. Le choix judicieux des matériaux et le recours aux techniques ad hoc participent grandement au succès de la construction d'une maison passive.

Quelles sont les techniques de ventilation adaptées pour une maison passive ?

Une bonne ventilation est un élément clé dans la construction d'une maison passive. Elle permet de renouveler l'air intérieur tout en évacuant l'humidité et les polluants. C'est pourquoi il faut réfléchir aux techniques à mettre en place pour assurer une ventilation efficace.

La première technique couramment utilisée est la ventilation mécanique contrôlée (VMC). Cette dernière fonctionne grâce à un système de conduits qui aspirent l'air vicié depuis des endroits stratégiques tels que les salles de bain et la cuisine, puis le rejettent à l'extérieur. En parallèle, elle fait circuler de l'air frais venant de l'extérieur pour maintenir une atmosphère saine dans toute la maison.

Il existe deux types différents de VMC : simple flux et double flux. La VMC simple flux consiste simplement en une extraction d’air au niveau des pièces humides comme la salle de bains ou encore les toilettes tandis qu'une VMC double flux va récupérer une partie des calories présentes dans l’air extrait afin d’en préchauffer celui introduit via un échangeur thermique.

Au-delà de cette méthode très répandue, il y a aussi celle du puit canadien. Cette solution repose sur le principe du transfert géothermique. Lorsque l’air extérieur arrive sous terre, sa température se stabilise autour des 10-12°C selon votre situation géographique et ce même durant les grosses périodes hivernales. Dès lors que cet air pénètre la maison, il est préchauffé et évite ainsi de nombreuses déperditions d’énergie.

Pour ceux souhaitant une solution plus écologique, opter pour une ventilation naturelle est aussi possible. Cela implique la mise en place d'ouvertures stratégiques dans le but de faire circuler l'air à travers la maison. Il peut s'agir de fenêtres ou encore de portails adaptés qui permettent un passage contrôlé des flux d'air intérieur et extérieur. Cette technique nécessite toutefois que les conditions climatiques soient favorables afin qu'il n'y ait pas trop d'écart entre l'intérieur et l'extérieur.

Le choix des techniques utilisées doit être fait avec attention afin que chacune puisse répondre efficacement aux besoins spécifiques de votre logement tout en assurant un renouvellement régulier et contrôlé du flux d’air intérieur.